Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

2000 Milles en catamaran Fountaine Pajot Louisiane.

 

Lorsque j’ai acheté ce catamaran fin 2011, j’ai cherché des informations sur le net, sans trouver beaucoup de prose sur le sujet… D’où la motivation d’écrire cette page, à l’usage d’explorateurs en la matière ; ceux qui passent du monocoque au multicoque, ceux qui découvrent l’univers du catamaran, ou tout simplement ceux qui recherchent les plaisirs du catamaran avec un budget comparable à celui d’un monocoque…

Les avis et constats ci-après résultent du vécu à bord de Ciao entre Mai 2012 et Août 2012, à l’occasion d’une croisière/convoyage ralliant les ports de Saint Louis du Rhône (13) à Hendaye (64).

 

Caractéristiques générales du Catamaran LOUISIANE:

Longueur 10,84 mètres - Largeur 6 mètres – Tirant d’eau 0,90 cm (ailerons fixes) –

Poids lège environ 4000 Kg – barre franche

Motorisation : 2x 9,9 CV hors-bord Yamaha

Année 1986  

Son allure, son habitabilité :

Le Louisiane 37 est un bateau dont les lignes sont effilées, et aérodynamiques...  Les avantages de ces caractéristiques sont un coefficient de pénétration dans l’eau favorisant la vitesse, et un faible fardage au mouillage.

Les inconvénients de ce profil sont une habitabilité moindre que sur les récents modèles très « ronds » et très hauts, et une hauteur sous barrots limitée à 1,75 m.

Le pont quant à lui, est très dégagé, la circulation est facile vers l’avant et le trampoline.

Chacune des coques a une entrée séparée (capots plexis coulissants) accessible depuis le cockpit. Sur « Ciao », chaque coque comprend une couchette double et une couchette simple, un cabinet de toilette avec Wc marin, des coffres, les réserves d’eau.

La nacelle centrale abrite un large carré dans lequel on peut mettre en place un couchage d’appoint (en abaissant la table), la cuisine, la table à cartes.

·         J’aime bien : l’intimité préservée entre chaque coque et le carré.

·         J’aime moins : Sortir du carré quand il pleut pour aller dormir, où à l’inverse recevoir la pluie dès les premiers instants du matin…

Nota : certains propriétaires de Louisiane ont réalisé une découpe dans la cloison Carré / coque pour permettre un passage direct.

 

En montant à bord :

Le cockpit fait toute la largeur du bateau, mais il est assez court dans le sens longitudinal du bateau ; il permet l’installation d’une petite table extérieure d’appoint, pour 2 (à la limite 3) personnes maximum.

2 winches sur chaque bord suffisent aux manœuvres qui reviennent toutes au cockpit.

La bôme est très longue, et son implantation relativement basse favorise la surface de voilure sans pour autant gêner (elle est à 2 mètres du plancher de cockpit).

Le rail d’écoute de grand voile est tout à l’arrière du cockpit et sur toute sa largeur. Cette position est intéressante pour la précision et la puissance de manœuvre.

La table à carte est en sens inverse du sens de marche ; cependant elle est très proche de la porte extérieure de telle sorte qu’un système de bras pivotant permet d’utiliser le traceur de cartes à l’extérieur comme à l’intérieur ; idem pour l’écran du radar.

La barre franche est réalisée par un tube en composite reliant les bras des deux safrans. Des sticks télescopiques fixés sur ce tube permettent de barrer assis depuis les sièges de balcon.

Les moteurs hors bord 9,9 cv Yamaha utilisés le plus souvent alternativement (exceptionnellement les 2 ensemble) permettent une vitesse de 5 noeuds en régime de croisière.

A l’avant se trouvent le trampoline bien sûr, le mouillage avec guindeau électrique, deux coffres assez grands (rangement voiles, pare-battages, amarres)

·         J’aime bien : la simplicité et l’accessibilité des manœuvres de voiles, ou de mouillage. Il est facile d’accéder à tous points de la coque pour la surveillance de l’état du bateau. Le Louisiane est un bateau que l’on prend facilement en mains.

·         J’aime moins : un taquet d’amarrage central à l’avant de la nacelle (destiné au bout de mouillage) ;  il a la fâcheuse tendance d’accrocher les écoutes de génois lors des virements de bord, ce qui oblige à se déplacer sur l’avant pour libérer l’écoute. Même réflexion pour les fermetures de coffres que l’on accroche de temps en temps.

Comportement en mer  :

-          Par petit temps, Force 2 à 3, le bateau avance très bien et très agréablement (environ 6 à 7 nœuds) aux allures allant du travers au grand largue. Au vent arrière, l’allure avec les voiles en ciseau , ou mieux avec le spi, permet de se déplacer aux environs de 6 Nœuds, bien à plat. (pas de roulis rythmique sur deux coques)

-          Avec un vent établi F 4 à 5, la vitesse du bateau grimpe vite, atteignant très facilement 10, 11 nœuds. Par excès de précautions, (ce sont mes premières navigations en multicoque) je réduisais la voile pour éviter de dépasser ces vitesses. Je pense que j’étais encore loin des limites du bateau.

Néanmoins au vent de travers, il me semble raisonnable de prendre 1 ris dès Force 5.

Aux allures portantes le Louisiane navigue jusque 13 à 15 Nœuds en sécurité (information du précédent propriétaire).

Au près, dans ces mêmes conditions de vent, jusque 60 degrés du vent, la vitesse bu bateau se situe entre 7 et 8 Nœuds (avec un Ris dans la GV). Elle chute rapidement si on serre le vent davantage, et la dérive latérale devient importante, ce qui me fait conclure qu’il n’est pas très efficace d’essayer de venir plus près que 60 degrès du vent. Les vagues qui s’engouffrent entre les deux coques, sous la nacelle, choquent le dessous. Ces bruits sont dérangeants au début, mais ils se révèlent sans conséquence sur la structure du bateau. On se familiarise donc avec cette allure peu confortable, mais sans avoir envie de prolonger les bords de près agités…

-          Force 6 -7 – Dans ces conditions, je prends 2 ris ou 3 ris, selon l’allure et la mer et génois réduit.

La vitesse de déplacement est restée aux environs des 10 nœuds,  tout en conservant une sensation de sécurité et de maitrise du bateau. Bien sûr il était possible d’aller plus vite en laissant plus de toile, mais nous avons préféré gérer dans la « zone verte ».

-          Nous n’avons pas eu l’expérience de navigation au-delà de Force 7.

 

·         J’aime bien : les longs bords de travers à 8 ou 9 nœuds bien à plat, avec les  sensations de barre toujours présentes.

Les étraves n’ont jamais enfourné, même contre une mer formée au près.

·         J’aime moins : les bords de près agités avec les mouvements brusques et les chocs sous la nacelle, surtout si la mer est courte (méditerranée).

Le barreur reçoit parfois une crête de vague qui arrive par le travers et explose sur le franc-bord.

 

Au mouillage :

Evidemment c’est le programme de prédilection d’un catamaran, et le Louisiane n’est pas en reste.

Le tirant d’eau de 0,90 m permet de se glisser au plus près des plages, les ailerons permettent de poser le bateau, les safrans sont bien dégagés de la surface au sol.

 

Dans les mouillages agités, bon nombre de monocoques se balancent allègrement, tels des culbutos, puis lèvent l’ancre et rejoignent un port alors que le catamaran absorbe les ondulations du plan d’eau en douceur, sans même qu’il soit nécessaire d’enlever les verres de la table.

 

Le débarquement se fait aisément par la plateforme arrière (Sur le Louisiane les jupes ne sont pas aménagées avec des marches)

 

Nous avons essuyé un vent soutenu à 35 nœuds pendant plusieurs jours au mouillage en baie de Cascais (Portugal) et des rafales à 40 nœuds en baie d’Alicante (Espagne) sous orage, sans que le mouillage ne pose d’inquiétude. (Ancre Cobra 50 m de chaîne mouillée sur 5 à 7 m de fond de sable). Le fardage du bateau est faible.

 

Manoeuvres de port :

 

         L’usage des deux moteurs est indispensable et permet de faire des

         demi-tours sur place.

Difficulté néanmoins par fort vent latéral, si le bateau n’a pas suffisamment d’erre et de place disponible pour se dégager des obstacles sous le vent. (préparer les pare-battages en conséquence).

 

Vie à Bord :

 

Ce catamaran offre 6 couchettes + 2 couchages d’appoint dans le carré. Ca fait beaucoup de monde…

En réalité, on y serait très bien à 4, sur des périodes de 1 à 2 semaines.

Les deux coques indépendantes préservent l’intimité de vie, et offrent un volume de rangement compatible avec les bagages et effets personnels de 4 personnes.

Au delà, il me semble que le Louisiane puisse accueillir 6 personnes pour une sortie de journée ou un Week-end mais pas davantage.

 

Par contre, si on n’est que 2 personnes à bord, un programme de 3, 6 mois ou même davantage est tout à fait envisageable.

Dans cette utilisation, une coque est réservée à l’usage nocturne et toilette, et aux rangements vestimentaires courants.

L’autre coque permet le rangement de divers matériels tels que outillage, livres, matériel de plongée, tout en laissant la couchette double libre et disponible pour des visiteurs éventuels.

 

La cuisine, est équipée d’un réfrigérateur 12V, d’une gazinière 2 feux avec four, d’un évier avec eau froide sous pression, et de rangements. Elle s’avère assez pauvre en capacité de rangements d’ustensiles de cuisine, quelques tiroirs additionnels aménagés sous la table du carré seraient les bienvenus.

Les réserves de nourriture et les conserves sont stockées sous les banquettes du carré ; la place est largement suffisante, mais l’accès est peu aisé pour les coffres avant. Il convient d’ordonner les rangements suivant la fréquence d’utilisation.

 

Les réserves d’eau (300 litres en réservoirs + jerrikans et douches solaires) nous ont permis une autonomie de plus de 3 semaines (hors boisson). Les 3 panneaux solaires de 100 W équilibrent la consommation du réfrigérateur sur 24 heures, mais celui-ci a dû être stoppé la nuit lors des navigations (priorité aux instruments) ou lors des périodes sans soleil (recharge insuffisante).

 

 

Le programme du catamaran Louisiane 37 :

 

         Certaines personnes ont bouclé un tour du monde avec ce bateau.

Les précédents propriétaires de Ciao, ont réalisé un grand tour de méditerranée en 5 mois.

Quant à nous, nous avons rallié Marseille à Hendaye en confort et avec une sensation  agréable.

 

C’est un bateau qui peut aller loin, s’il est équipé en conséquence ; un bateau sain et simple ; sa maintenance ne demande pas un budget conséquent, ni un niveau de compétence élevé.

 

Evidement il fait partie des « petits » catamarans et à ce titre un programme hauturier sous-entend qu’il convient d’être attentif aux conditions météo, pour éviter les coups trop durs.

 

En conclusion :

 

Le Catamaran Louisiane est un catamaran solide, marin, et rapide.

Il est au tiers du budget d’un catamaran de 38 pieds de série d’occasion récente et permet les mêmes croisières, les mêmes mouillages…

Seul son volume et la hauteur sous barrot peuvent constituer un obstacle pour les personnes d’une taille supérieure à 1,75 m.

C’est un catamaran léger, à garder léger et veiller à bien répartir la charge pour qu’il ait une assiette parfaitement horizontale.

 

Partager cette page

Repost0

Feeling Du Blog

  • : le blog de Ciao...
  • : Voyages au long cours... Voyages intérieurs ... Ou plutôt les deux ensemble ! A mon avis, il y a une sorte de parallèle entre nos cheminements terrestres (ou maritimes) et nos évolutions intérieures... Faut-il pour autant partir pour se trouver ?
  • Contact

Profil De L'auteur

  • Michel
  • Je suis né dans un petit village du Nord de la France ; 1/2 siècle plus tard, je me réveillais tous les matins avec l'envie d'aller voir de l'autre côté de l'horizon...
J'ai rencontré Syl, et ensemble nous prenons le départ en 2014...
  • Je suis né dans un petit village du Nord de la France ; 1/2 siècle plus tard, je me réveillais tous les matins avec l'envie d'aller voir de l'autre côté de l'horizon... J'ai rencontré Syl, et ensemble nous prenons le départ en 2014...

feeling du blog

A mi-chemin  

entre l'aventure concrète d'un terrien qui appréhende la vie sur un bateau, ouvre les pages d'un grand voyage

à travers le monde,  

et l'homme qui se regarde avec un peu de recul, déplie son rêve, l'observe, et tente d'exprimer

sa propre découverte...

 

Recherche

Nous sommes partis de Hendaye le Lundi 14 Juillet 2014

Liens