Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 16:44

Huitième jour d'un confinement dont nous apprenons petit à petit qu'il pourrait bien en compter 45. Là nous ne sommes plus sur les mêmes échelles... Cela signifie qu'à l'arrivée de la transat, après 15 jours d'isolement, nous ne serons qu'au tiers du voyage Covid 19. De quoi perturber les équilibres de beaucoup de gens.

 

Un français a trouvé une parade, et à force de narguer les forces de l'ordre avec des sorties non justifiées pendant ces 8 premiers jours, il se retrouve en prison pour 4 mois. Compte-tenu des émeutes en milieu carcéral, il espère peut-être une libération anticipée...

Stratégie élaborée, pour retourner à la case départ ; il fallait y penser !

 

Chez nous, hier, c'était l'occasion d'un complément de ravitaillement après 10 jours d'apnée.

Avec nos quelques précautions de base : gants, masque (de fabrication maison), gel, savon, lingettes, distances de sécurité et sas de décontamination, nous nous sommes demandés si nous étions contaminés par la psychose ? C'est possible... Ou alors sa forme plus bénigne qui s'appelle prudence, voire même bon sens...

2020 03 25 - Confinement - jour 8 -

Il est devenu difficile de régler le curseur de cette prudence alors tant qu'à faire, nous l'avons poussé à fond de course. Après tout l'excès dans ce sens ne consomme ni oxygène, ni le précieux investissement  des personnels soignants.

 

A ce propos, quelqu'un a-t-il remarqué qu'il existe un maillon du système sanitaire dont on ne parle pas dans les médias ? Les ambulanciers !

 

Ma fille Olivia passe ses journées à amener des gens vers les hôpitaux, dans l'espace confiné d'un véhicule, après avoir dû porter ou manipuler les moins valides. Certains patients sont potentiellement porteurs du virus ravageur, mais comment le savoir puisqu'ils n'ont pas encore été testés ?

Les précautions devraient donc être maximales, mais les ambulanciers privés ne sont pas classés "personnels soignants", et à ce titre ne sont pas prioritaires pour obtenir des masques de protection. Incompréhensible, et illogique au possible car un ambulancier contaminé, en plus des risques qu'il prend pour lui-même, diffuse le virus sur combien de personnes ?

 

Olivia a cousu ses propres masques, elle croise les doigts, et enfouit sa rancœur au fond de sa poche... Bravo Olivia, nous t'applaudissons, et pas uniquement à 20 heures... Si seulement nous avions un moyen d'action...

 

---------------------

 

Janvier 2016 - Sur le voilier en transatlantique - Jour 8 -

 

Une nuit de plus, et je suis toujours embrouillé dans mon malaise digestif. La migraine est toujours là ; je rage, je peste ; rien n’y fait. Je me repose le plus possible pendant la matinée.

 

Syl tient le coup, passant du cockpit à la cuisine, surveillant notre progression, le point, et le teint pâle de son compagnon réduit au service minimum.

 

En milieu de journée, après 48 heures, sans réellement comprendre pourquoi ni comment, je sors enfin du tunnel. Ouf. L’appétit revient. Le sourire aussi.

2020 03 25 - Confinement - jour 8 -

Aujourd'hui en raison de notre progression vers l'Ouest nous reculons encore les horloges d’une heure. Le décalage horaire se fait petit à petit, mais les effets se font sentir.

Cette fois, ma notion du temps a explosé ; en sensation, elle n'existe plus. Plusieurs semaines semblent me séparer du moment du départ. L’effet est bizarre. Je me mélange les souvenirs, alors que tout est noté. Même ce qui s’est passé la veille me semble à deux ou trois jours derrière.

 

Syl n’a absolument pas cette perception. Pour elle tout est normal. Elle confirme : nous sommes partis depuis une semaine ce qui, au vu du journal de bord, est incontestable.

 

A midi nous sommes satisfaits de notre progression : 16.03 N - 44.33 W

2020 03 25 - Confinement - jour 8 -

Nous avons dépassé la mi-parcours.

 

Toujours en gestion de nos unités de communication par satellite, nous reprenons une prévision météo locale et sommaire. Elle confirme que notre option vers le sud a été payante. Nous avons à priori devant nous au moins 5 jours de vent à force 4, vers 15 à 18 Nœuds. Excellente nouvelle ! Ni trop ni trop peu, ce qui est rare en mer.

Le vent est dans l’axe de notre route. Nous portons les voiles  « en papillon », une de chaque côté. Avec retenue de bôme et contre-écoutes, c’est plutôt stable, mais nous gardons un œil sur le pilote en permanence ; il faut parfois corriger un peu le cap.

Nous pourrions choisir de prendre un angle plus franc avec le vent, sur un bord ou sur l'autre, quelques heures d'un côté et quelques heures de l'autre, mais l'augmentation de la distance qui serait parcourue nous en dissuade.

2020 03 25 - Confinement - jour 8 -

De plus il y a un avantage à cette allure, l'ombre des voiles ne perturbe plus le fonctionnement des panneaux solaires. L'autonomie électrique est revenue. Après les quelques nuits dernières durant lesquelles une heure de moteur de temps en temps a été nécessaire, c'est appréciable. Nous devons sauvegarder le maximum de carburant en cas de nécessité.

 

Syl a un peu de mal à réguler son sommeil ; c'est certainement le contrecoup des deux jours où elle a porté davantage le poids des responsabilités. Il faut lâcher maintenant.

 

Nous avons perdu un peu de temps pendant les deux jours où je récupérais, alors que le bateau était sous-toilé, mais les affaires reprennent. Nous renvoyons toute la toile.

Nous optimisons les réglages. Les voiles captent le moindre filet d’air utile.

La moyenne augmente à nouveau à 6,3 Nœuds.

 

La calculette est souvent sollicitée. 15 jours ça nous semble encore jouable ! C’est presque une idée fixe, une régate contre ce terme arbitraire, sans trop savoir pourquoi.

 

Ces dernières journées, sont restées assez superficielles, dans la gestion du quotidien, les grands reculs philosophiques n'étant pas au programme. C'est un luxe lorsque tout va bien ; il est possible de passer à ce stade lorsque le confort et les besoins primaires sont satisfaits. On le ne décide pas, c'est ou ce n'est pas...

2020 03 25 - Confinement - jour 8 -

Nous décidons de passer les quarts de cette nuit à la barre pour être plus précis et plus réactifs dans cette configuration de voiles. C’est un cran de plus au curseur « fatigue ». Nous nous relayons plus souvent car il n'est plus question de sommeiller pendant 30 minutes.

 

La lune s'amincit et sa présence n'occupe que quelques heures dans la nuit : l'environnement est de plus en plus obscur.

 

Bonne nuit bon quart ! A demain !

et n'oubliez pas :

1) partagez l'adresse www.ciaociao33.com

Partager cet article

Repost0

commentaires

David 25/03/2020 20:44

Michel, Sylvie, ce feuilleton est captivant à suivre, avec cet étonnant parallèle contemporain. Je revis votre épopée que pourtant je connais comme si je la lisais pour la première fois.
Merci à vous deux. Bises

Feeling Du Blog

  • : le blog de Ciao...
  • : Voyages au long cours... Voyages intérieurs ... Ou plutôt les deux ensemble ! A mon avis, il y a une sorte de parallèle entre nos cheminements terrestres (ou maritimes) et nos évolutions intérieures... Faut-il pour autant partir pour se trouver ?
  • Contact

Profil De L'auteur

  • Michel
  • Je suis né dans un petit village du Nord de la France ; 1/2 siècle plus tard, je me réveillais tous les matins avec l'envie d'aller voir de l'autre côté de l'horizon...
J'ai rencontré Syl, et ensemble nous prenons le départ en 2014...
  • Je suis né dans un petit village du Nord de la France ; 1/2 siècle plus tard, je me réveillais tous les matins avec l'envie d'aller voir de l'autre côté de l'horizon... J'ai rencontré Syl, et ensemble nous prenons le départ en 2014...

feeling du blog

A mi-chemin  

entre l'aventure concrète d'un terrien qui appréhende la vie sur un bateau, ouvre les pages d'un grand voyage

à travers le monde,  

et l'homme qui se regarde avec un peu de recul, déplie son rêve, l'observe, et tente d'exprimer

sa propre découverte...

 

Recherche

Nous sommes partis de Hendaye le Lundi 14 Juillet 2014

Liens