Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 21:49

De l’île de Carriacou jusqu’à sa grande sœur Grenade, il y a quatre heures de navigation ; un saut de puce.

Loin de suivre la route directe, c’est sur une quinzaine de jours que nous faisons le voyage, prenant le temps de découvrir les petits coins secrets des Grenadines en cette saison privilégiée où il n’y a quasiment personne.

 

Le temps est beau, très chaud, le plus souvent calme, permettant d’oser des mouillages qui seraient trop exposés en périodes d’alizés. Il nous appartient uniquement de surveiller quotidiennement l’évolution des tempêtes qui traversent l’océan. La treizième vient de passer comme les précédentes beaucoup plus au nord.  Nous n’en ressentons ici aucun effet.

 

En contournant Carriacou par le Nord (pour aller à Grenade qui est vers le Sud !), nous suivons l’idée de découvrir deux petites îles toutes proches : « Petit Saint Vincent » et « Petite Martinique ».

Nous nous affranchissons des formalités administratives entre les deux îles, distances de moins d’un kilomètre, et pourtant administrées par deux pays différents. Une tolérance douanière y est parait-il observée.

 

 

Petit Saint Vincent, « PSV » pour les initiés.

 

C’est une île privée, sur laquelle a été aménagé un complexe 5 étoiles qui présente une vingtaine de petits cottages à louer, nichés dans la végétation. En cette saison tout est fermé à la clientèle ; seule une équipe de maintenance travaille sur place.

 

C’est pour nous l’occasion de visiter l’île, les installations, de faire les curieux, de profiter des plages désertes, des transats inoccupés, des paillottes solitaires, de faire les pitres dans l’espace « zen »…

2016 09 26 - De toutes les couleurs !
2016 09 26 - De toutes les couleurs !

Ce qui est vendu comme « Le Rêve » est là, palpable, il nous environne ; tout est à la fois vrai et presque irréel.

Nous flânons seuls et librement dans ce décor.

2016 09 26 - De toutes les couleurs !

Le personnel, occupé à diverses tâches de nettoyage ou de réparations, nous salue aimablement.

L’un des employés, plus disponible, nous accompagne spontanément dans la visite des aménagements du complexe hôtelier. Il devient opportunément notre guide, et nous explique tout…

Les installations visent à l’autonomie totale : énorme groupe électrogène, conséquente machinerie de  désalinisation d’eau de mer, vaste jardin potager, poulailler, ateliers de menuiserie, de mécanique ; tout est prévu sur place.

 

Nous apprécions à leur juste valeur ces aménagements, au regard des équipements souvent précaires et minimalistes des îles voisines, où par exemple, les habitants n’ont d’autre choix que de récupérer l’eau tombée du ciel et de s’en satisfaire…

 

Les propriétaires de l île sont associés ; un américain et un anglais.

 

Nous observons par la qualité des aménagements que leurs investissements privés font la différence face aux fonds limités des petits états indépendants formant les îles Grenadines.

2016 09 26 - De toutes les couleurs !

En compensation, pour se brancher à cette source de félicité, la clientèle devra quand même cotiser à hauteur de 1200 Euros la nuit pour un cottage de deux personnes… 

2016 09 26 - De toutes les couleurs !

L’océan quant à lui, est envoûtant ; il appelle à la baignade sans modération. 

2016 09 26 - De toutes les couleurs !

Quatre-vingt mètres plus haut, au point culminant de l’île, c’est un panorama à 360 degrés qui nous décline tous les bleus de la palette, et nous coupe le verbe.

Comment fait-on pour emmagasiner la sensation que procure toute cette beauté ?

 

On aimerait s’en imprégner au plus profond, la fixer en nous pour toujours, pour se la réinjecter si un jour on en avait besoin.

Illusoire… Pas de conserve de la sorte !

Alors nous dégustons, chaque minute, en conscience.

 

 

Les fins de journées ne sont pas en reste.

En peu de temps, vers les 18 heures dès que le soleil plonge derrière l’horizon, le show commence.

Le ciel se prend alors pour une forge, les nuages apportent leur note de fantaisie, en s’amusant à voiler les silhouettes des îles voisines.


Ici, à Petit Saint Vincent, les couchers de soleil nous prennent en otage ; ils nous imposent  généreusement et avec insolence leur spectacle que rien ne vient troubler.

Pourquoi sont-ils plus beaux ici plutôt qu’ailleurs, nous n’en savons rien.

 

S’asseoir et recevoir… 

2016 09 26 - De toutes les couleurs !
2016 09 26 - De toutes les couleurs !

Une demi-heure plus tard c’est la nuit noire, et le silence complet.

 

Le silence, c’est aussi une particularité de PSV, car en beaucoup d’endroits nous sommes confrontés plusieurs fois par semaine et systématiquement le week-end, à une sorte d’invasion sonore qui consiste à recevoir des rythmes de « musiques », (qui selon nous n’en sont plus) à un volume exagérément élevé.

Le son porte très loin à la surface de l’eau ; à 500 mètres et bien davantage, émanant parfois d’un minable troquet face à la mer, c’est le déchaînement d’une sono surdimensionnée qui nous donne le tournis jusque tard dans la nuit.

Nous nous demandons souvent qui peut aimer cet enfer acoustique ?

 

Humm, en l’occurrence, nous apprécions donc particulièrement le silence de PSV…

 

 

A PSV, il y a aussi une cerise sur le gâteau : un petit bijou, à un jet d’oursin (comme dirait un certain Ivan) ; voici Morpion !

A quelques centaines de mètres de Petit Saint Vincent, cet îlot naturel de sable fin, est serti dans une barrière de corail qui le protège totalement.

On y accède à la nage ou avec une embarcation très peu profonde.

2016 09 26 - De toutes les couleurs !

De la taille d’un court de tennis, Morpion est usuellement le rendez-vous des « Just-Married » pour une série de photos  aériennes,  en costume et robe blanche.

Le « Rêve dans le Rêve », pour certains clients de Petit Saint Vincent venus de l’autre bout du monde pour l’occasion.

Un paisible sourire pour nous, face à ce qui ressemble quand même bien à un cliché commercial.

 

Enfin, cette pastille de sable est bien là, entourée d’une eau cristalline et chaude, et elle n’y peut rien si l’humain, en plus d’y avoir posé une paillotte, se met à y faire des projections alambiquées…

 

Nous profitons jusqu’au bout de notre envie, de toutes ces beautés naturelles plus ou moins aménagées, mais toutes particulièrement esthétiques.

 

Nous aurions pu rester des lustres en ces lieux, mais force est de constater qu’il arrive un moment où l’on est rempli, où l’on aspire à découvrir autre chose, une autre profondeur, pour peut-être revenir plus tard. 

La Petite Martinique. 

2016 09 26 - De toutes les couleurs !

C’est la voisine de PSV.

Son vis-à-vis, et presque son contraire.

Un millier d’habitants, et quasiment aucune structure touristique.

2016 09 26 - De toutes les couleurs !
2016 09 26 - De toutes les couleurs !

Une plage proprette, mais banale, fonctionnelle ; la vie y coule, sans que rien ne semble avoir changé depuis longtemps.

 

De nombreux bateaux de pêche sont amarrés en face de l’unique village. Il y a du mouvement, les gens s’affairent.

Ici on vit de la pêche, et de la commercialisation du poisson dans les îles voisines.

 

Un débarcadère en bois permet l’accostage quotidien de petites vedettes de passagers, en provenance de Carriacou ou de Grenade ; elles livrent aussi les approvisionnements alimentaires de base.

2016 09 26 - De toutes les couleurs !

Dans le village, l’impression générale est agréable, les maisons sont entretenues et fleuries, les chemins et abords sont nettoyés, ainsi que la plage. C’est suffisamment différent des autres îles pour que nous le remarquions aussitôt débarqués.

Il y a trois petits commerces d’alimentation, avec toujours aussi peu de diversité, et la même absence de fruits et légumes…

 

Nous restons quelques jours au mouillage, prenant ici la mesure de l’isolement des jeunes qui grandissent sur cette île en marge du monde.

Comment font-ils le parallèle entre ce qu’ils vivent et ce qu’ils voient par internet sur leurs écrans de téléphone ?

Quel est leur avenir professionnel ?

Combien de temps cette île gardera-t-elle encore son intégrité ?

 

 

Quelques jours plus tard, après avoir exploré la côte Est, puis la côte Sud de Carriacou, (en fait nous avons fait le tour complet de l’île) nous revenons spécialement à Petite Martinique où nous avons le plaisir de retrouver Ivan et Patricia sur leur catamaran Paseo. Nous nous y sommes donné rendez-vous par mail.

 

Depuis les Canaries l’an dernier, nous avons sympathisé avec eux. Nos sillages se sont croisés plusieurs fois par hasard ; cette fois c’est organisé, presque orchestré, une sorte de rendez-vous d’espions.

Ayant reçu notre message de détresse, ils avaient une mission de contrebande : nous apporter depuis les îles Françaises une livraison de café, toujours introuvable dans les Grenadines…

 

Nous sommes sauvés in extrémis, à la limite de la rupture de notre trop petit stock !

Merci ! Nous sommes parés pour trois mois, et de ce fait dispensés de siroter le Nescafé…

 

Dès nos retrouvailles, nous laissons derrière nous Petite Martinique, dont le mouillage est encombré, pour rejoindre ensemble Petit Saint Vincent, à dix minutes de navigation.

 

Voilà déjà notre piqûre de rappel à « PSV » !

 

Ivan et Patricia apprécient aussi la beauté et le calme des lieux.

Nos bateaux y mouillent côte à côte.

Paseo et Agur au pays des rêves

Paseo et Agur au pays des rêves

Ivan est très adroit en chasse sous-marine ; Il déniche sous nos yeux incrédules langoustes et cigales de mer planquées dans les trous de roches coralliennes. Initiation en direct !

Nos repas en commun autour de ces charmantes bestioles ont des allures d’exception…

 

Durant quelques jours nos échanges sont nombreux et chaleureux.

Puis le moment arrive de reprendre chacun notre programme.

Paseo flânera encore quelques semaines dans les îles de Saint Vincent.

A plus, bon vent !

 

Quant à nous, nous descendons enfin sur Grenade, par une navigation des plus agréables, avec un vent modéré et un océan paisible.

 

 

Grenade, « l’île aux épices ».

 

 

Ce sera le prochain article sur le blog de Ciao. Promis, c’est pour très bientôt !

 

Grenade est une île attachante, encore authentique. Elle me rappelle la Martinique des années 80.

Nous nous régalons de fruits (enfin !!), de sourires accueillants, de nouveaux espaces dans une végétation luxuriante, généreuse et naturellement riche d’essences que nous découvrons : cacaoyers, nutmeg (noix de muscade), etc...

 

Nous sommes tant occupés par la découverte qu’il me manquerait presque le temps d’écrire !

 

D’autant qu’une priorité est venue se greffer : nous devons esquiver la première tempête tropicale, qui fonce droit sur nous.

C’est un système classique en cours de formation sur l’océan, en provenance de l’Afrique.

Encore moyennement musclée cette dépression nécessite, par précaution, d’aller s’abriter dans l’une des baies profondes du sud de l’île.

C’est fait !

 

Selon les prévisions, cette tempête va nous agiter l’ambiance du bord les 28 et 29 Septembre, pour vraiment s’intensifier un peu plus loin en mer des Caraïbes et vraisemblablement prendre ses galons de « cyclone » en direction de Cuba, ou Haïti.

 

Deux jours consignés à bord, sous rafales de vent et fortes pluies, me laisseront forcément du temps de rédaction…  (peut-être… dit Syl)

 

A très bientôt donc !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marie-pierre et Henri 27/09/2016 12:50

Bonjour les aventuriers. Comme d'habitude, j'ai voyagé avec vous en lisant ces quelques lignes. Un voyage très agréable ma foi. Comme nous vous envions de découvrir tous ces magnifiques paysages. Profitez bien et qui sait, un jour peut-être, nous pourrons voir de nos yeux toutes ces merveilles. Bisous à tous les deux.

Michel 30/09/2016 15:17

Merci, on vous souhaite en effet de goûter ces moments. Bises

GRAVELINES 27/09/2016 10:10

Salut Michel, ton écriture "se sirote comme du petit lait".... quel plaisir de lire vos aventures aussi bien retranscrites... ... Merci de nous faire voyager.
Maridom

Feeling Du Blog

  • : le blog de Ciao...
  • : Voyages au long cours... Voyages intérieurs ... Ou plutôt les deux ensemble ! A mon avis, il y a une sorte de parallèle entre nos cheminements terrestres (ou maritimes) et nos évolutions intérieures... Faut-il pour autant partir pour se trouver ?
  • Contact

Profil De L'auteur

  • Michel
  • Je suis né dans un petit village du Nord de la France ; 1/2 siècle plus tard, je me réveillais tous les matins avec l'envie d'aller voir de l'autre côté de l'horizon...
J'ai rencontré Syl, et ensemble nous prenons le départ en 2014...
  • Je suis né dans un petit village du Nord de la France ; 1/2 siècle plus tard, je me réveillais tous les matins avec l'envie d'aller voir de l'autre côté de l'horizon... J'ai rencontré Syl, et ensemble nous prenons le départ en 2014...

feeling du blog

A mi-chemin  

entre l'aventure concrète d'un terrien qui appréhende la vie sur un bateau, ouvre les pages d'un grand voyage

à travers le monde,  

et l'homme qui se regarde avec un peu de recul, déplie son rêve, l'observe, et tente d'exprimer

sa propre découverte...

 

Recherche

Nous sommes partis de Hendaye le Lundi 14 Juillet 2014

Liens